IMG_1360

Le sari vert m’a mise K.O

Lu il y a plusieurs mois de cela, j’ai longtemps hésité à vous parler de ce livre, le sari vet. Souvent j’ai plus de difficultés à parler d’un livre que je n’ai pas aimé. Pourquoi perdre son temps à ressasser de mauvais souvenirs de lecture, autant prendre la peine à défendre un livre qui a touché notre coeur ou notre imaginaire.

En faisant une petite introspection, je me rend compte que rien de tout cela n’est venu entraver ma volonté de taper sur mon clavier pour vous parler du Sari Vert. Je crois plutôt au contraire que ce livre m’a totalement « chamboulée » et est venu à l’encontre de tout ce à quoi je m’attendais lorsque je l’ai ouvert.

Le sari vert… Première pensée, cela se passe en Inde…

Et non! Cela se passe à l’île Maurice

Deuxième pensée … C’est un récit d’évasion…

Encore faux…

Comme quoi un titre peut vous amener à des préjugés sur le contenu d’un livre.

Alors de quoi ça parle?

Un vieux médecin à l’agonie est veillé par sa fille et sa petite fille. Cet homme est un tyran et loin de mettre en ordre et en paix ses relations avec les autres, son introspection à laquelle il est confronté sur son lit de mort, est tout à son image: immonde. Les flash-backs s’entremêlent avec les soins que continue à lui donner avec douceur sa fille Kitty . Mais celle-ci veut comprendre comment sa mère est morte… Et cela va faire ressurgir les abominations des humiliations psycologiques et physiques auxquelles le Dockter Dieu l’a soumise.

Si le style est un uppercut, c’est que le narrateur est un monstre de cruauté envers son entourage et particulièrement les femmes de sa vie, son épouse, sa fille, sa petite fille. Sa parole ne nous épargne aucune pensée de dégoût ou de rage. Et peu à peu, son ton monte en intensité. La paix pré-mortem est loin de venir… Les révélations les plus sombres s’accompagnent de joutes entre ce trio de personnages. Certaines pages ont été pour moi d’une violence verbale insoutenable. Ce déversoir de haine je l’ai hâché menu en entrecoupant la lecture avec d’autres livres plus doux…

Je ne regrette pourtant pas de l’avoir lu, mais ce sujet douloureux est traité sans ménagement aucun pour le lecteur. Ce qui donne lieu à une sacrée prise de conscience sur les violences faites aux femmes de part le monde.

DEPOSEZ UN PETIT MOT DOUX

Votre adresse mail ne sera pas publié

You Might Also Like

Here you can find the related articles with the post you have recently read.