Métiers d’art versailles

Métiers d’art à Versailles

Cette semaine était exceptionnelle  à Versailles:  des rencontres étaient organisées avec les professionnels qui restaurent l’un des bassins incontournables du jardin de Louis XIV: Le bassin de Latone.

Latone? C’est l’un des personnages de la mytholgie gréco-romaine.

Jupiter notre roi des dieux coquin par excellence à eu de nombreuses aventures amoureuses pour le plus grand malheur de sa femme Junon. Quand celle-ci apprend que Latone, fille de titans, attend des enfants,  Junon entre dans une colère folle et va trouver dieux et habitants de la terre en leur promettant de se venger si ceux ci viennent en aide à Latone. Le bassin versaillais représente le moment où Latone, entourée de ses jumeaux Apollon et Diane, lève les yeux au ciel et lance une malédiction contre les paysans de Lycie qui lui ont refusé l’accès à leur étang pour qu’elle puisse se désaltérer. Ceux ci sont dans l’instant victime du sort et la métamorphose racontée par Ovide s’opère: ils sont transformés en lézards, tortues, et grenouilles condamnés à vivre dans l’étang pour l’éternité.

Certains historiens ont émis l’hypothèse que cette histoire, racontant l’enfance du dieu soleil Apollon serait un écho aux évenements de la Fronde qui ont menacé la vie et le pouvoir de Louis XIV. Une forme d’avertissement pour les nobles de la cour du roi soleil qui l’accompagnent chaque jour en promenade. Mais on n’en est pas certain. Cela reste néanmoins cohérent avec le thème du soleil et des saisons du jardin.

Restaurer le bassin de Latone, c’est aussi réhabiliter les parterres de broderies pensés par Le Notre. Les jardiniers passionnés nous expliquent le travail d’antant avec les cisailles et les brouettes en bois. D’accord la serpe a disparue pour des tondeuses à gazon, et les échelles trop dangereuses pour des élévateurs, mais aujourd’hui les gestes de la taille de la topiaire ont peu changé. Les outils sont plus légers mais l’oeil expert du jardinier est toujours aussi important. Et l’esprit de Le Notre reste très présent!

Sur le chantier du bassin, les fontainiers s’activent. Il reste encore beaucoup à faire avant l’activation des jets d’eaux.

Les tailleurs de pierre quant à eux doivent créer de nouveaux blocs pour remplacer ceux qui sont fendus et inutilisables. Cette étape est essentielle pour garantir la stabilité de la structure et pour pouvoir poser les couronnes de plomb. 

Et non loin on découvre un autre stand, celui des restaurateurs de plomb. En pleine soudure ceux ci partagent avec le public leur avoir faire. Ils poseront dans quelques temps les plaques de plomb qui garantiront l’étanchéité de la fontaine. Ne vous approchez pas trop près ça chauffe!

Pendant ce temps, en atelier les restaurateurs de métal ont passé les groupes sculptés des frères Marsy à la douche (hydrogommage) cela permet de les nettoyer bien sur mais aussi de révéler leurs fragilités. Certaines pattes de lezards par exemple étaient fracturées, il a fallu les renforcer. Certains paysans avaient aussi perdus certaines parties de leur anatomie. Sur le stand des restaurateurs de métal, un artisan nous transmet son savoir faire et les différentes étapes de la restauration d’une des paysannes dont il fallait refaire la bouche et le nez  : créer la forme manquante  en argile, puis en plâtre, moule en silicone et enfin coulage du plomb.  Une fois cette forme réalisée il faut la souder à la statue, puis limer la matière jusqu’à ce que la matière soit propre et lisse. Car ensuite, c’est le travail de finission qui démarre, celui des doreurs.

Attention: magie! Sur le stand on a le droit à une jolie démonstration. Il faut 4 jours pour préparer le plomb à recevoir la feuille d’or. On superpose des couches successives d’anti rouille et de vernis incolore. Le 5e jour c’est le tour de la dorure. Le doreur caresse son visage ou ses cheveux avec une palette en poils de martre pour récupérer l’électricité statique et hop la feuille d’or (extraite de son carnet et coupée grâce au couteau à dorer) si légère adhère à la palette. On vient la déposer sur la structure à dorer. Puis on la tampone gentiment avec un piceau qui ressemble à un pinceau de maquillage. Il est tout aussi doux pour ne pas rayer. Dans l’air les époussetures dorées viendront se déposer sur le coussin. On ne gaspille rien!


Merci à tous les artisans présents pendant ces journées exceptionnelles, mais aussi à tous ceux qui travaillent avec eux dans le jardin!

Et pour en savoir plus sur le chantier de restauration du bassin et des parterres de Latone vous pouvez cliquer ici: http://latone.chateauversailles.fr/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page