Ogresse de paris par Charlotte Picant

Charlotte Picant / Portrait

Bonjour Charlotte Picant , ravie de te retrouver et de te présenter aux lecteurs du blog. Est-ce que tu peux te présenter en quelques mots?
Je m’appelle Charlotte Picant, j’ai 30 ans et j’ai grandi à Paris. Je fais de la photo depuis presque 4 ans, en autodidacte. Depuis 2 ans, je me consacre surtout au portrait, en argentique mais je prends aussi beaucoup de photos avec Instagram.

Charlotte Picant photographie
Je t’ai rencontrée en 2012. Tu avais un projet en tête. Tu voulais prendre Paris en photographie à travers les yeux de ses habitants, en leur demandant de choisir leur endroit préféré de la ville pour le shooting. J’avais choisi le jardin du Quai Branly d’ailleurs pour une séance de croquis. Qu’est devenu ce travail? A-t-il été fructueux? As-tu rencontré au contraire des difficultés?
A l’époque, je n’étais à Paris que pour quelques semaines car j’habitais San Francisco. Après mon séjour en France qui m’a beaucoup inspiré et m’a donné envie de me lancer dans les portraits, je suis retournée aux Etats-Unis avec cette volonté d’approfondir et j’ai donc photographié des dizaines et des dizaines de personnes que je connaissais ou pas. Depuis mon retour à Paris en Février, je continue sur ma lancée et suis d’ailleurs constamment à la recherche de modèles intéressants. Le projet est toujours d’actualité.

Ogresse de paris par Charlotte Picant

Sophie Ogresse, Musée du Quai Branly, Paris

Tu venais aussi d’avoir un nouvel appareil. Peux-tu nous en parler? Ca a été un déclic? En quoi la technique est-elle importante ou pas?
En fait, tout a commencé il y a 5 ans, quand ma soeur est revenue d’un été en Russie, avec un vieux Zenit. Elle s’est mise à prendre des photos argentiques qui ont attiré mon attention et m’ont donné envie de m’y mettre aussi. En décembre 2010, elle m’a offert un Zenit que j’ai embarqué dans ma valise lors de mon déménagement à San Francisco, sans jamais l’avoir utilisé. Ma soeur m’a expliqué les bases un jour sur Skype. C’est à ce moment-là que ma passion pour la photographie a commencé. Depuis, j’utilise d’autres appareils. J’ai un Nikon FTN et un Seagull Moyen Format que j’utilise surtout pour les portraits. Je n’attache pas beaucoup d’importance à l’aspect technique, juste assez pour pouvoir faire des réglages manuels sans posemètre. Le reste est plutôt instinctif.

Tu voulais développer ton style autour du noir et blanc. Pourquoi ce choix?
En matière de portraits, j’aime le noir et blanc parce qu’il permet de se concentrer sur ce qui est vraiment important, sur la personne, sur l’émotion qu’elle dégage, sur son lien avec son environnement.

Comment ton travail a-t-il évolué depuis? Qu’est-ce qui te pousse à appuyer sur le déclencheur? Qu’est-ce qui t’inspire? As-tu des références, des modèles, des idoles en la matière?
Au départ, quand j’ai commencé les portraits, j’y allais un peu à l’aveuglette, je ne savais pas ce que je recherchais chez les personnes que je photographiais. Depuis, avant la séance photo, j’ai une idée plus ou moins précise du résultat que je cherche à obtenir avec chaque personne, même si avec l’argentique, il y a quand même une grande part de hasard.
Beaucoup de photographes m’inspirent. J’aime beaucoup Vivian Maier, Henri Cartier-Bresson, Richard Avedon et Emmet Gowin pour leurs portraits, André Kertész pour son travail sur les ombres, Eugène Atget pour ses scènes de rue et Bernd et Hilla Becher pour leur travail systématique sur l’architecture. Il y a aussi un photographe de San Francisco, Travis Jensen, qui fait de superbes portraits de rues.
Sinon, je me promène beaucoup et je me suis rendue compte que mon oeil était souvent attiré par les mêmes choses, ce qu’on remarque assez facilement en regardant mes photos.

J’aime tes séries de portraits. Je les trouve authentique. Tu captes bien l’énergie des gens. Tu crées aussi des ambiances, comme si les personnes devenaient des paysages.
Je m’efforce de faire ressortir une certaine vérité, une certaine vision – ou du moins ma vision – des gens que je photographie. C’est pour ça que l’environnement est important. J’aime photographier les gens dans des endroits qui leur sont familiers, chez eux, dans leur quartier. L’arrière-plan est pour moi tout aussi important que le modèle.

Depuis quelques temps, j’ai vu défiler sur facebook des clichés de rues, en couleur cette fois. Ce basculement était nécessaire pour aborder d’autres thématiques? Tu sembles te consacrer cette fois davantage aux détails.
Je ne me balade pas toujours avec mes appareils photo, mais j’ai toujours mon téléphone dans la poche. Il me permet de capter des instants, des lumières, des détails que je ne pourrais pas forcément photographier avec mes appareils argentiques qui ont des objectifs avec des angles étroits. Avec l’argentique, y a une part de réflexion, alors qu’avec un téléphone, on est dans le moment.

Charlotte picant photographie

Avenue Sainte-Foy, Neuilly sur Seine

Dernière petite question: Quelle est la photo que tu rêves de prendre?
Il n’y en a pas qu’une! J’aimerais beaucoup prendre des gens religieux dans leur quotidien, toutes religions confondues, qu’ils vouent leur vie à leur religion ou qu’ils soient seulement pratiquants. Il y a quelque chose qui me fascine dans la dévotion sans que je puisse vraiment me l’expliquer. Sinon, j’aimerais prendre des photos avec une dimension plus sociale. J’ai déjà quelques idées d’ailleurs.

Merci Charlotte Picant! Tu es pour moi une bien jolie rencontre artistique! Et pour te découvrir encore plus on peut faire un tour sur Instagram et sur ton site (http://www.charlottepicant.com/)

DEPOSEZ UN PETIT MOT DOUX

Votre adresse mail ne sera pas publié

You Might Also Like

Here you can find the related articles with the post you have recently read.