Tapisserie la dame à la licorne Cluny

La dame à la licorne, Le bijou du Musée Cluny

Les célèbres tapisseries ont été restaurées au Musée de Cluny, alias Le musée du Moyen Âge. L’occasion de découvrir sous un nouveau jour les merveilles déclinant  la thématique des cinq sens. Un peu comme au jeu des ressemblances, on retrouve des constantes dans les six tapisseries.: le fond de mille fleurs rouge raffiné, une dame noble, les trois lunes d’argent en étendard, un lion et une licorne. Parfois un petit singe facétieux apporte quelque indice supplémentaire sur le sens représenté, tout comme la jeune suivante qui accompagne la gente dame.

Dans la première tapisserie le sens du toucher et représenté par cette belle femme blonde au cheveux tissés de soie, qui tient dans ses mains de l’une l’étendard, de l’autre la corne de la licorne.

Dans cette deuxième tapisserie, la dame prend d’une main les dragées que lui tant sa servante pour nourrir le perroquet juché sur son autre main. Le goût est ici représenté avec plus de mouvement, par le jeu des drapés mais aussi par le lion et la licorne dressés sur leurs pattes et qui encadre le personnage principal. Les étendards et les arbres renforcent la symétrie.

Lion et licorne sont bien sages et spectateurs de la scène qui se joue devant eux. La belle tresse une couronne de fleurs tandis que le singe hume le parfum d’une rose: voici l’odorat

Tandis que la jeune fille active les soufflets, la dame joue de l’orgue. La scène est riche de part le foisonnement des milles fleurs décoratives en toile de fond ainsi que tous les petits animaux qui complètent le tableau aussi bien parmi les feuillages que le parterre aux pieds des personnages.

Dernière tapisserie, la plus mystérieuse de toutes. Elle n’illustre pas un sens. De quoi parle-t-elle? Peut être que l’inscription sur la tente « A mon seul désir » est la devise de la famille qui a commandé la série et représentée sur les différentes séries par l’étendard rouge et bleu orné de lune d’argent.  La jeune femme pioche t elle des bijoux dans le coffret ou les remet-elle y renonçant?

Aller découvrir ou redécouvrir ces tapisseries merveilleuses qui ont inspiré le livre La dame à la licorne de Tracy Chevalier (et que je vous recommande également au passage.)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page