Visite du mucem Marseille

Visite du mucem

Projet culturel et architecture

Juin 2013 à Marseille un nouveau lieu culturel ouvre ses portes, le MUCEM ou plus précisément le Musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée. Cela s’inscrit dans le projet de Marseille- Provence 2013 capitale de la culture européenne. Le projet de départ étant de créer des liens entre culture, politique et économie, réfléchir sur les différences pour mieux les appréhender grâce à un programme vivant de festivités et d’expositions dans la cité phocéenne mais pas seulement (Aix en Provence est aussi de la partie par exemple).

Le MUCEM est l’un des symboles de ce projet, tant bien par son architecture implantée au coeur de la ville dans le vieux port, que par les expositions qu’il propose.

Visite du mucem Marseille

L’architecture est  une réussite. Rudy Riciotti a remporté le pari de créer un lieu moderne tout en respectant les caractères historiques du fort Saint Jean datant du XIIe. Un système de passerelle permet d’accéder au site sans dénaturer la beauté du panorama sur le Vieux port avec au loin Notre dame de La Garde qui veille sur la ville. Le cube moderne est  allié aux moucharabiehs offrant une vue sur la mer. Car c’est bien le point de départ des échanges entre les cultures: la Méditerranée. 

Par ce premier dimanche de septembre, il y a foule au MUCEM. Il faut dire qu’aujourd’hui l’accès en est gratuit. Touristes et marseillais s’entremêlent  sur les passerelles.  Le bâtiment est ouvert de toute part et donne sur une grande terrasse agréable, avec transats s’il vous plait, où nombreux sont ceux qui s’accordent une petite pause à l’ombre. De petits jardins au sol aride donnent également d’autres point de vue plaisants sur la ville. On se perd dans les dédales au détour desquels on peut tomber sur une petite chapelle, une fontaine ou une terrasse ombragée aux auvents en fer ouvragé. Mais pour visiter les galeries les choses se corsent: le MUCEM se révèle un vrai labyrinthe: il est difficile de se retrouver dans les espaces. L’intérieur se révèle aussi sombre et bétonné que la fameuse passerelle. On passe dans un autre monde, celui du savoir?

Visite du mucem Marseille

Les expositions à découvrir

Au bazar du genre féminin – masculin en méditerranée

Le MUCEM se propose d’explorer la question du genre, c’est à dire des constructions sociales selon le sexe dans différentes parties du monde. Cette  

discipline n’est pas si nouvelle (enseignée dans différentes universités) mais elle est peu connue encore, notamment en France. En voulant faire découvrir cette discipline au grand public, le MUCEM a multiplié les thématiques réalisant un parcours de médiation peu clair. Les sujets s’enchaînent sans qu’il y est forcément des liens clairs, ou tout du moins explicites. Toutes les questions passionnantes d’ailleurs et  dont le musée a le mérite de les avoirs abordées sont soulevées mais à peine survolées:  le voile, la sexualité, l’avortement, l’homosexualité, le mariage, l’amour au cinéma, les droits des femmes… Au divers thèmes s’ajoute l’ hétéroclite des objets présentés:  objets du quotidien, oeuvres d’arts, objets de culte, vidéo, affiches…

Quelques petites choses que j’ai beaucoup aimé : la série de broderie d’Annette Messager sur la violence faite aux femmes et le drôle de publicité qui vente les mérites d’un objet incongru qui réaliserait le miracle de permettre aux filles de faire pipi debout (un rêve pour toutes celles qui ont déjà connu les mésaventures de l’arrêt d’urgence sur autoroute, en forêt, dans un champ…).

Un avis mitigé donc sur cette exposition plaisante a visiter mais qui manque de profondeur sur une discipline, le genre, qui s’en donne pourtant les moyens. 

Exposition genre mucem

Exposition Noir et Bleu un rêve méditeranéen

Là encore un thème passionnant et bien choisi au regard du lieu qui l’abrite: les visions de l’autre de chaque côté de la Méditeranée. 

La bonne idée a été de partir du regard des artistes pour aller ensuite vers l’histoire. Le visiteur est ainsi  accueilli par un magnifique tableau de Miro accompagné de gravures de Goya. Le ton est donné: l’azur qui fait rêver, la noirceur de la violence les deux facettes de la Méditerranée. Passé cette première salle, l’exposition prend un ton historique et géographique à l’aide de mappe-mondes et fresques grandiloquentes retraçant les dates clés selon le point de vue des pouvoirs en place.

Les espaces muséologiques se dispachent alors et le parcours devient peu clair alternant point de vue historique chronologique ou thématique sans jamais vraiment choisir ou faire de lien. Cependant les « alcôves » abordent des angles spécifiques très intéressants et ce melting pot de directions est à l’image de la méditerranée. En vrac comme ça il y a le regard des poètes et artistes sur la mer, les premières croisières illustrées par des affiches vintages et une magnifique malle vuitton, la méditerranée fantasmée avec le retour de l’antique, la violence les conflits autour du bassin méditerranéen, la mafia, l’immigration. Et aussi ce que j’ai trouvé particulièrement pertinent le regard égyptien sur les invasions napoléonienne et la vision algérienne des conflits.

Exposition Noir et Bleu un rêve méditerranéen

Au final

Le MUCEM vaut largement le détour, ne serait-ce que pour son architecture. Si ses parcours de médiation laissent encore franchement à désirer (et mériteraient notamment des cartels pour enfants dans les espaces d’expositions) les thématiques des expositions sont cohérentes avec le projet du lieu et prennent des angles de vue intéressants. Les défaillances d’approfondissement du sujet étant peut être dues au fait que ceux ci ont été peu ou pas abordés jusqu’à présent, et cela c’est très encourageant!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page