Folie textile Chateau de Compiègne

Folie textile au château de Compiègne

L’été approchant à grands pas, les parisiens ont comme une envie un peu cliché, mais tellement humaine, de se mettre au vert. Quitter pour une journée la capitale pour parcourir les environs charmants, les parcs fleuris et les châteaux majestueux. Loin du tohu bohu des appartements royaux versaillais, Compiègne offre aux visiteurs un voyage dans le temps: lits à baldaquin, services à thé en porcelaine, lustres féeriques. C’est au sein du château que l’exposition Folie Textile déploie ses textiles enchanteurs sous nos yeux rêveurs. 

 Motifs floraux, végétaux, mais plus surprenant encore de drôles de plantes aquatiques et animaux fantasmagoriques se dessinent et prennent vie sur les drapes. On pense bien sur a l’audace des toilettes féminines mais les hommes aussi se piquent de coquetterie, comme avec la redingote si dessus avec ses fleurs roses épanouies.


Rien n’est laisse au hasard… Comble du chic, garnir également son intérieur de textile: buffets, murs, fauteuils…. tout est recouvert pour apporter du confort aux intérieurs…


Tapis douillets et couleurs chatoyantes sont des éléments indispensables pour recevoir comme il se doit les invités.

Les femmes modèlent leurs silhouettes selon les époques… crinolines, faux culs, corsets… 

Chaque tenue a son utilité… toilette de l’apres-midi ou de soirée… chapeaux assortis biens surs! De nouvelles tenues apparaissent, plus confortable. On découvre ainsi Eugenie sous un nouveau jour avec des tenues plus légères adaptées a des activités sportives. On pense également a l’ouverture des grands magasins et Au bonheur des dames de Zola.

Dans l’exposition, un choix judicieux s’opere: d’un cote le mobilier brode par les dames , de l’autre les vêtements féminins avec les brochures et gravures de modes avec les patrons architectures.

Car il s’agit bien dans les meubles comme dans les habits de jouer sur la structure…. ronde, harmonieuse.


Charme de l’intime avec des tissus plus modestes destines a un usage quotidien, ou majesté du textile, celui-ci revêt différents visages…

Il sert ici de parure émeraude dans le lit d’Eugenie nouvellement restaure. Fabrique pour accueillir lors d’une visite la princesse Sissi …qui malheureusement ni dormira pas!

Fin et clou de l’exposition mais le rêve se poursuit avec la déambulation dans le château…. 

Petit salon avec ce même contraste audacieux de rouge pourpre et de vert émeraude.

Modeste chambre avec cabinet de toilette attenant.

Les pièces se succèdent, plus luxueuses les unes que les autres …. 

Le parc n’est pas en reste avec sa roseraie …

Dernier coup d’oeil au château avant de revenir dans le Paris d’aujourd’hui, emportant avec moi la folie textile du second Empire…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page