Musée historique de Strasbourg

Musée historique de Strasbourg

 Si vous allez à Strasbourg et que vous souhaitez en savoir plus sur la ville, visiter le musée historique peut être un bon moyen d’en apprendre plus sur la création de la ville et sur ses habitants.

Le lieu, l’ancienne boucherie de la ville,  a une muséologie très ludique et pédagogique à la fois. En général, je ne suis pas une adepte de l’audioguide, mais pour ce parcours l’outil est utilisé à bon escient. Il intervient en complément des cartels et raconte parfois  des scénettes avec les voix d’anciens habitants, selon les corps de métiers par exemple ou pour restituer au mieux l’ambiance d’une époque.  Le musée raconte l’histoire de la ville du Moyen âge à la révolution, en dégageant trois grandes périodes: la ville libre du Saint-Empire romain germanique (1262-1681), la ville royale (1681-1789) et la naissance d’une métropole (XIXe et XXe siècles)

Un bon point, le côté « tactile  » de la visite. Les enfants peuvent par exemple essayer différentes armures et casques. Des tiroirs sont aussi disposés, tout le long du chemin, afin d’approfondir certains thèmes , avec des documents, textes, gravures, comme ci dessous les blasons.

Quelques jeux  (de calcul, d’estimation de poids des objets…)permettent aussi d’apprendre en s’amusant. Les yeux sont maintenant bien éveillés pour admirer les costumes, les canons et pistolets de toute forme, la vaisselle, les cloches… chaque objet nous en disant beaucoup sur la ville et ses habitants. 

 Une autre chose à découvrir, le plan relief  de la ville de Strasbourg qui permet de prendre conscience de l’architecture de la ville  en 1727. Strabourg avait alors une position militaire et commerciale stratégique dont Louis XV avait conscience.  Le plan relief est accompagné d’une animation de synthèse vidéo qui permet de mieux comprendre les enjeux pour le roi de commander à Vauban une maquette d’une si grande envergure.

Un petit bémol toutefois, les indications ne sont pas toujours claires dans le parcours, le visiteur ne sait pas toujours où il doit aller, gauche , droite. Par exemple, pour le plan relief mon casque ne s’était pas déclenché car je n’étais pas passé par le bon chemin. Quelques petites flèches donc à ajouter et cela serait bon. Mais cela n’enlève pas tout de même toutes les autres qualités du parcours. 

Ma curiosité a été piquée, je reviendrai surement visiter les salles qui seront aménagées dans l’avenir et qui témoigneront du Strasbourg du XIXe et XXe siècle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page