img_4699

Mon carnet de voyage de Madinina

Après un petit tour à Bruxelles, la semaine dernière, direction la Martinique pour un voyage réalisé en mars 2014, mon carnet de croquis à la main.

En attendant les photos de paysages à couper le souffle, voilà quelques dessins réalisés en 5 minutes chrono. Pas plus. C’est le principe des croquis. La qualité des photos n’est pas top. Je compte bien m’armer prochainement de meilleurs outils pour pouvoir plancher sur mes prochains carnets de voyage et de musées.

image

Prendre une pause à Bruxelles

Prendre une pause à Bruxelles, c’est prendre le temps de tout et de rien. De trinquer et de rire. De se balader dans les ruelles pavées. De flâner dans les musées….

Petite sélection de ce que j’ai préféré:

* Se faire le coup du road trip. Même si Paris-Bruxelles ce n’est pas bien loin. Juste parce qu’on est heureux d’être tous les trois réunis avec mes frères et que finalement c’est bien plus précieux qu’un voyage à l’autre bout du monde.

* Oublier chez moi le guide que j’avais acheté en partant. Me faire charier par mes frangins. Improviser. S’arrêter quand quelque chose nous plait et pas parce que le livre nous a dit qu’il le fallait.

* La grand place brillant de mille feux juste avant les fêtes de Noël.

Les façades baroques sont fascinantes de beauté. On est tombé par hasard au moment du spectacle son et lumière, c’était féérique! Les maisons s’allumaient les unes après les autres et dévoilaient leurs ornements alambiqués.

*Manger des gaufres ultra caloriques mais tellement bonnes qu’on ne culpabilise pas. Demander même un supplément chocolat. Et de la chantilly tant qu’on y est!

* S’amuser à faire des photos idiotes avec ses frérots et se fabriquer des souvenirs, parce que tout de même on était là pour fêter les 30 ans de notre aîné.

* Chercher Tintin et ses amis partout. Apercevoir Milou sur la rampe d’escalier d’une fresque de street art. Retomber en enfance.

* Regarder le Manneken-Pis sous tous les angles (vous savez le petit bonhomme qui fait pipi) et chercher le meilleur pour faire le selfie idiot qu’on ne voudra pas voir sur facebook ni ailleurs!

*Remonter le temps dans le magnifique décor art nouveau du restaurant du Centre Belge de la bande dessinée. Prendre des forces. Et puis profiter de la visite ensuite.

*Boire une bière, voire même plusieurs, au Delirium café. Devoir choisir entre 2000 variétés de bières différentes alors qu’on est une grande adepte du Monaco (même pas honte!). Regarder la foule. Avoir l’impression d’être de nouveau étudiante.

*Faire n’importe quoi. Des roues. Roulades. Galipettes et autres figures accrobatiques approximatives dans les passages aux arcades somptueuses désertées le soir. S’attendrir en regardant ses deux frères si complices.

* Prendre la pause avec le cadet derrière l’objectif qui se venge à vous faire faire n’importe quoi parce qu’on le coiffait avec des couettes quand il était minot.

📷

Merci petit frère pour les photos rigolotes. Je n’ai gardé ici que les montrables. J’étais tellement occupée à savourer que je n’en ai moi même pris aucune! Mais finalement, vu tes clichés je crois que j’ai bien fait de m’en remettre à toi.

 

©E. Dutot

Sarah Trioullier

Viaje al alma / Sarah Trioullier

Dans le travail photographie de Sarah Trioullier, j’aime beaucoup les effets de flou : certains paysages semblent sortir d’une brume, d’un rêve… Cela n’est pas sans rappeler l’aube de la photographie .

Les contours estompés et le grain particulier m’évoquerait presque le fusain. Et pourtant quand elle passe à la couleur, cela évoquerait plutôt le côté suranné qu’ont maintenant pour nous les photographies d’enfance des années 80.

Ses modèles ont souvent des pauses de repli sur eux même un peu mélancoliques avec des positions d’attente ou de sommeil par exemple. Cela emmène celui qui regarde ta photographie vers un espace intérieur, hors cadre. On flotte entre deux mondes, par les contrastes forts la lumière et les gestes suspendent leur course… Elle joue sur la transparence, l’invisible…

Pour le blog, en plein accrochage, Sarah Trioullier nous parle de son voyage intérieur, une forme de quête initiatique et esthétique.

 

Aujourd’hui a lieu le vernissage de ton exposition Viaje al alma. Parles nous un peu de ton parcours d’artiste. Comment es tu venue à la photographie ?

J’ai toujours aimé l’art, c’est pour cela que j’ai essayé les études en Histoire de l’art à l’Université. Au fil du temps je me suis rendu compte que c’était la création qui pouvait réellement remplir mes attentes.
Depuis mon enfance j’ai été attiré par la photographie. D’abord je voulais prendre en photo tout ce qui m’entourai et ensuite j’ai été attirée non seulement par les images mais aussi par la machine et les techniques. C’est tout naturellement que je me suis inscrite à une école de photographie.

Pourquoi avoir choisi ce médium plutôt qu’un autre moyen d’expression? 

Je me sent à l’aise en m’exprimant avec la photographie. Ce moyen me convient et me comprend et c’est le seul avec lequel j’arrive à me livrer.

Quel est ton rapport avec l’appareil ? Ami ? Enfant chéri ? Compagnon de route ? Ennemi parfois ?

Je dirais compagnon de route et ami. Si j’ai mon appareil photo je ne me sent pas seule. Mais parfois il devient un ennemi car je sens que je dois m’en séparer pour pouvoir profiter entièrement des moments. Dans les deux cas c’est une grande histoire d’amour.

D’ailleurs quel est-il ? Est-ce que tu utilises toujours le même ?

J’en ai plusieurs, mais j’avoue qu’il y en a deux qui m’accompagnent très souvent. Un Konica 24×36 un Yashica 6×6. Ils ont en commun que ce sont des reflex argentiques, et même si je reconnais que le numérique a de nombreux avantages et que je travaille aussi avec un numérique, il est plus facile pour moi de m’exprimer en argentique.

Quel est ta technique ?

Je ne pense pas avoir une technique en particulière, le choix de l’appareil photo et de la pellicule jouent beaucoup, mais la seule réelle constante que je m’efforce de tenir dans mon travail est celle de sentir la photo et d’être en accord avec le cadre que je construit et mon sujet.

Et pour le tirage alors ?

Pour ce qui est des tirages je m’efforce de le faire moi même quand c’est possible. Le choix de la taille et du papier est toujours lié au sujet. La technique utilisée pour le tirage fait partie de ce que je veux exprimer dans mes photos.

Quelle période couvre les clichés que tu présenteras samedi ? Où les as-tu pris ?

Viaje al Alma est le produit du voyage que j’ai fait en Colombie en février 2014. De retour en France j’avais besoin de partager tout ce que ce voyage a représenté pour moi. C’est une manière de rendre hommage aux rencontres et aux paysages qui ont nourri mon séjour. Plus que la découverte d’un pays formidable, ces photos sont les témoins du voyage qui m’a aidé ouvrir des chemins pour me trouver en tant qu’être humain et en tant qu’artiste.

Si tu devais sélectionner une seule de tes photographies laquelle serait-elle ? Peux tu nous raconter son histoire. Les circonstances dans lesquelles tu as prise le cliché et pourquoi cette fois est importante pour toi.

C’est bizarre mais je ne pourrais pas car elles représentent toute un moment particulier, une histoire avec les personnages ou les endroits. Déjà il m’a fallu faire un choix pour l’expo et j’ai du faire appel à un regard extérieur pour pouvoir prendre la décision finale des photos exposées. Alors choisir une seule c’est infaisable.

Viaje al alma, c’est le titre que tu as choisi pour présenter ton travail. Es tu partie avec cette idée avant de réaliser les clichés ou est-ce que ce sont les photographies une fois réunies qui ont révélé leur lien ?

Le titre m’est venu une fois que j’avais choisi les photos de l’expo, faire ce choix difficile m’a fait comprendre que le voyage que j’avais fait, avait été beaucoup plus qu’une question de traverser l’Atlantique. Je pensais aller explorer un pays, et je me suis rendu compte que j’avais du explorer mon âme. C’est pour cela que le titre s’est imposé à moi : Voyage dans l’âme.

On est dans le voyage au sens large, sous sa forme initiatique. Est-ce ainsi que tu conçois la quête artistique ?

Je pense que ta question est le résume de tout ce que je viens de dire. La vie en soi est un voyage initiatique… par conséquent la quête artistique aussi.

Merci Sarah Trioullier de t’être livrée pour nous à l’exercice de l’interview. Bon vernissage!

Et pour venir voir l’exposition, cela se passe au restaurant Zagros, 58 bd Ménilmontant dans le 75020 Paris

 

Le site internet: http://sarahtrioullier.format.com/

img_4747

Carnet de voyage: La Cappadoce

Konya göreme, ortahisar, vallée des moine, sille, Quelques croquis réalisés en Turquie au gré de mon voyage en famille. Des petits villages, des ruines antiques, de l’artisanat et des paysages somptueux.

Croquis ogresse de paris

Mais qui est l’Ogresse de Paris ?

Bonjour à tous!

Erreur de débutante ou volonté de garder une part de mystère…je m’aperçois que je ne me suis pas présentée.

Pour ceux qui souhaiteraient en savoir un peu plus sur l’auteur de ce blog, voilà une petite présentation dans les règles:

Comme vous, manifestement, je suis passionnée d’Arts en tous genre depuis que je suis toute petite, et très curieuse!
Je peins, dessine, écris (des fois les 3 à la fois).
J’ai fait un stage dans un centre d’art contemporain parisien où j’ai vu combien il était important de faire partager ce que l’on aime, combien c’est enrichissant… C’est pourquoi j’ai créé un blog « culturel »: c’est en fait une grande malle où j’ai mis pêle-mêle ce que contiennent mes divers carnets: dessins, photos, pensées, analyses… Certaines choses sont très réfléchies et d’autres beaucoup plus spontanées…
Pourquoi ce pseudo étrange, l’Ogresse de Paris?

Quelqu’un d’inspiré m’a demandé si c’était parce que j’étais gourmande…

oui en effet!
mais la gourmandise n’est pas un vilain défaut, elle est surtout synonyme de curiosité chez moi!
je crois que j’ai choisi ce pseudo surtout parce que je lis tellement que depuis toute petite on dit que je dévore les livres!!!

Ce n’est que le début mais j’ai des IDEES PLEIN LA TETE et plein de choses en réserve!

Vous n’êtes pas obligé de tout lire: c’est un blog loisir mais surtout de recherche donc il y a des essais très théoriques! Les parties Analyses thématiques,notes de lecture ne sont pas obligatoires si la longueur vous rebute…

Pour un aperçu je vous conseille les textes La Tholos, Voyage à Giverny, Les Jeunes filles au piano pour vous « télétransporter » dans mon monde; sinon Ateliers Toktok et Garouste sont des articles courts écrits à chaud!

boîte à idées…

Ce blog ne doit pas être un monologue… je laisse donc la porte grande ouverte si vous avez critiques, suggestions…

Quelques vidéos circulent également sur le net (you tube, dailymotion, wat tv, facebook)

j’ai ouvert un groupe sur facebook…
(L’Ogresse de Paris, rubrique Arts et loisirs)

Il est ouvert à tous et conçu pour favoriser le dialogue, les échanges…

Je fais circuler quelques tests si vous aimez jouer (Quel culture addict es-tu? Quel peintre du XIX aurais tu pu être? Es-tu culture-connecté?…)

J’espère vous compter bientôt parmi les nouveaux membres!

A très vite

L’Ogresse de Paris