Raison et sentiments de jane austen roman

Raison et sentiments de Jane Austen

Oui je sais! J’ai encore lu Raison et sentiments. Ne me grondez pas. Je n’y peux rien. Le livre doit être aimanté. Tous les ans il m’appelle au moins une fois. Il n’y a rien à faire. Je dois prendre des nouvelles des soeurs Dashwood.

Résumé de l’éditeur:

Raison et sentiments sont joués par deux sueurs, Elinor et Marianne Dashwood. Elinor représente la raison, Marianne le sentiment. La raison a raison de l’imprudence du sentiment, que la trahison du beau et lâche Willoughby, dernier séducteur du XVIIIe siècle, rendra raisonnable à la fin. Mais que Marianne est belle quand elle tombe dans les collines, un jour de pluie et de vent.

Mon avis:

Vous l’avez compris: j’ADORE Jane Austen. Ses livres sont de pures merveilles dont je ne me lasse pas… Mes exemplaires en sont tout cornés!
Un incontournable pour la grande romantique que je suis. Pourquoi pourquoi. Parce que la plume de Jane Austen est magnifique, envoûtante, inspirante. On vibre autant que les personnages. Ils deviennent des amis proches. On a envie de les consoler, de les gronder aussi parfois. Parce que résumer Jane Austen a une auteure de livres d’amour c’est ne jamais avoir lu un de ses romans. Bien sûr qu’il y a des sentiments (le titre ne ment pas) mais ça va bien au delà. Il y a une vraie analyse sociale aussi. La question de l’héritage. La société patriarcale qui écrase les femmes mais finit aussi par se retourner contre les hommes obligés de suivre ces règles dénuées de raison par sens du devoir et de l’honneur. Ces thèmes sont parfaitement analysés grace à la psychologie des personnages si fine. Lors de mes premières lectures, je me sentais bien plus proche de Marianne. Se laissant conduire par son coeur, faisant fi des conventions, téméraire, l’incarnation même de la jeunesse. Le temps passant je comprend mieux l’ainée Elinor que je trouvais autrefois bien sérieuse, un brin ennuyeuse ou trop morale. Voilà ce qui est incroyable avec Jane Austen, au fur et à mesure on découvre des strates nouvelles dans ses romans. Je ne saurai que trop vous conseiller leur lecture!

Bon et quand on a fini de le lire, on fait quoi? On se jette sur les versions filmées!

Les adaptations fidèles au roman

Cinéma

Vu et revu ce film d’Ang Lee est une réussite. Les acteurs ici sont parfaits. Hugh Grant craquant en jeune homme maladroit et timide (oui comme dans casi toutes ses comédies romantiques me direz-vous). Emma Thompson, qui a d’ailleurs adapté le roman de Jane Austen en scénario, est magistrale (on est jamais mieux servi que par soi-même). Mais ma préférence va à Kate Winslet: belle, insolente, passionnée, elle est l’incarnation parfaite de son personnage Marianne Dashwood.

BBC

La BBC est passée reine, il y a bien longtemps, de l’adaptation des plus grands romans. On se souviendra bien sûr de celle d’Orgueil et préjugés, de Jane Austen également, avec Colin Firth et sa chemise mouillée pour jouer le mutique Darcy. Ici c’est également par épisode que l’on suivra les mésaventures des soeurs Dashwood. C’est une bonne idée car sous forme de série on peut vraiment retranscrire chaque passage du roman. A voir!

Le film inspiré par Jane Austen

Pour continuer dans la lignée des adaptations des romans de Jane Austen: Non pas Raison et sentiments (comme me l’a fait remarquer en commentaire une gentille lectrice avisée), mais Orgueil et préjugés version bollywood ! Si si c’est possible. On s’éloigne certes du roman d’origine pour basculer dans la comédie romantique un peu plus à l’eau de rose mais ce n’est pas une mauvaise idée de situer l’histoire en Inde car la question des classes sociales (castes) et au coeur du roman de Jane Austen. Et puis les films indiens ont un effet solaire sur le moral, tout de suite on se laisse entrainer par les mélodies joyeuses et les danses.

Clos arsène lupin maison maurice leblanc

Visite de la demeure du plus grand des voleurs

Les vacances de la Toussaint permettent parfois de prendre le temps de visiter des endroits devant lesquels nous sommes souvent passés sans les voir ou sans prendre le temps de s’arrêter. N’ayant jamais été une grande amatrice d’enquête policière, je dois bien l’avouer je ne connaissais rien ou presque de ce roi des voleurs normand. Rien ou presque. Il y avait tout de même eu ce film avec Romain Duris où j’avais particulièrement apprécié le nouveau regard donné à ces paysages fabuleux (dont bien sur la fameuse aiguille d’Etretat) et en particulier l’intrigue mené sur la route des Abbayes où je suis née.

C’est donc, sans véritable idée de ce qui m’attendait que j’ai visité par temps maussade Le clos Lupin, la maison de Maurice Leblanc à Etretat (Etretat sans la pluie ce n’est plus Etretat me souffle à l’oreille quelqu’un que je connais bien). C’est la petite fille de Maurice Leblanc, Florence, qui a souhaité redonner vie à la demeure qui a insufflé vie aux romans d’Arsène Lupin. J’ai aimé le parti pris un peu fou de la scénographie. Ce n’est pas vraiment une maison musée mais plutôt un circuit qui fait revivre le personnage à travers des objets. Et pour une fois l’audioguide (qu’ordinairement je déteste car il voile le regard avec un surplus d’informations) devient un narrateur qui nous emmène de pièces en pièces sur les traces du trésor des rois de France . Une première rencontre avec Maurice Leblanc en pénétrant dans son cabinet de travail, puis Arsène Lupin prend la relève.

« … je vais vous faire visiter la maison, vous avez de la chance d’être tombés sur moi, vous ne trouverez pas de meilleur guide. Allons-y, suivez-moi, ne vous égarez pas, les couloirs secrets ne manquent pas , et puis… gardez vos mains près de vos poches et de vos sacs, mesdames, on ne sait jamais… »

Arsène Lupin nous raconte ses aventures au travers des trésors qu’il a volé qui s’éclairent tour à tour pour guider le visiteur dans la pièce (collier de la reine, tableau de la Joconde…).

Un chapeau haut de forme posé sur un canapé, des valises dans un vestibule, des compas et des parchemins … Nul doute le gentleman cambioleur n’est pas loin, et il prépare un grand coup! Sept étapes correspondant aux pièces de la maison permettent ainsi de résoudre l’enigme de l’aiguille creuse.

On découvre également une coiffeuse où sont installés de nombreux postiches et moustaches en tout genre permettant au voleur de changer d’identité. Cette entrée dans le personnage donne envie de lire ses aventures et sera parfaite en famille. Les retours que j’ai eu autour de moi, d’enfants et d’adolescents qui y sont allés en famille ou avec leurs classes étaient très positifs.

Mais cette visite du Clos Lupin serait incomplète si on ne poursuivait pas la promenade jusqu’aux célèbres falaises d’Etretat où se trouve la clef du mystère

Vendredi lecture

C’est quoi Vendredi Lecture?

Vous l’avez sans doute remarqué, chaque vendredi apparaît ici ce joli logo. Pour en savoir un peu plus sur ce rendez-vous hebdomadaire désormais incontournable j’ai souhaité poser quelques questions à l’une des organisatrices, Marion…

Comment est née l’idée de Vendredi Lecture ?

J’ai participé plusieurs mois à FridayReads sur Twitter, l’équivalent anglophone de VendrediLecture. Le souci, c’est que je ne connaissais pas forcément les livres partagés par les autres participants ou ceux présents dans le classement car la plupart des auteurs dont il était question étaient inconnus en France.

J’avais eu l’idée de lancer un tel événement pour les francophones, mais le projet a été concrétisé seulement avec Sabrina quand j’ai vu son enthousiasme suite à un article sur FridayReads que j’avais posté sur mon blog.

J’ai contacté l’initiatrice de FridayReads pour lui demander son accord, elle a été elle aussi très enthousiaste. Le premier VendrediLecture a été lancé le 22 avril dernier.

En quelques mots, peux-tu nous dire le principe.

Il s’agit de partager chaque vendredi sa lecture du jour sur la page Facebook de l’évènement ou sur Twitter avec le tag #VendrediLecture. L’objectif est de favoriser les échanges autour de la littérature et nous sommes plus qu’heureux lorsque nous voyons les participants commenter, conseiller d’autres personnes.

Les lectures sont comptabilisées au fil de la journée et un classement des livres les plus lus est publié sur le blog. Et il y a des cadeaux à gagner pour ne rien enlever au plaisir.

Comment s’organise Vendredi Lecture ? Quels sont les membres de l’équipe, les entreprises partenaires ?

Devant le succès de VL, Sabrina et moi avons été obligées d’agrandir l’équipe car nous ne pouvions plus gérer toutes seules les participations. Nous avons donc accueilli Claire-Aurélie, Hélène, Martial, Nathalie et Virginy avec grand plaisir. On a tous un profil différent, blogueurs et non blogueurs, résidant en France ou à l’étranger… C’est très enrichissant. Heureusement qu’ils sont là, sinon VL ne pourrait pas fonctionner correctement.

Un planning de comptage est effectué chaque semaine en fonction des disponibilités de chacun et le jour J, on note les lectures sur un document. Cela demande donc qu’il y ait toujours quelqu’un de présent pour relever les participations.

Nos partenaires sont principalement des maisons d’éditions – des grandes, des moins grandes, des livres papier, des livres numériques ou des livres audio. On essaye de varier les partenariats pour proposer aux participants toute sorte de lectures.

Quels sont les livres qui reviennent chaque vendredi dans le top du classement ?

Le livre phare de VendrediLecture a pour l’instant été « Dôme », le dernier Stephen King, qui a dû rester au moins deux mois en tête du classement avant de disparaître. « HHhH » de Laurent Binet, est aussi un adepte du top. Le classement est sinon très varié, on y retrouve des nouveautés, des classiques aussi bien que des romans bit-litt.

Est-ce qu’un des titres proposés par les lecteurs t’a donné très envie de le découvrir à ton tour ? Pourquoi ?

J’ai lu « Dôme » parce qu’il réapparaissait très souvent dans le top et qu’à force de le voir caracoler en tête, je me suis dit qu’il fallait que je m’y mette. Je pense me laisser tenter par « Un été sans les hommes » de Siri Hustvedt qui revient aussi souvent. Tout est la faute des participants qui donnent leur avis sur les lectures qu’ils partagent – alors quand c’est bien, je note.

Parlons un peu de ton rapport à la lecture. As-tu un genre préféré ? Es-tu plutôt classique, chick-litt, polar ?

A titre personnel, je suis une fan inconditionnelle de littératures américaine et japonaise. Et je me mets doucement aux polars scandinaves. Mais nous allons sûrement créer une page sur le blog pour que tous les membres de l’équipe partagent leur profil de lecteur.

Quel est ton livre de chevet ?

En ce moment, « Le Prédicateur » de Camilla Läckberg.

Quel livre t’as le plus marqué ?

Je dirais « Une prière pour Owen » de John Irving et « Gatsby le magnifique » de F. Scott Fitzgerald

Un livre à conseiller ?

Les deux ci-dessus !

Donnes moi de bonnes raisons de participer à vendredi lecture pour ceux qui hésiteraient encore…

1) Grâce à VendrediLecture, ça parle bouquins tous les vendredi

2) VendrediLecture fait gagner des cadeaux canons

3) VendrediLecture, c’est pour tous les francophones et tous les amoureux des livres en français

4) VendrediLecture, c’est un super-homme et six wonderwomen

5) VendrediLecture n’a pas inventé le « Thank God It’s Friday » (Merci mon Dieu, c’est vendredi), il l’a perfectionné.

Un grand merci à Marion d’avoir satisfait ma curiosité dévorante…

J’espère que vous serez nombreux à venir papoter lecture aujourd’hui sur facebook et twitter, les livres à gagner aujourd’hui sont Pieds nus d’Elin Hilderbrand, Nuits d’été en Toscane d’ Esther Freud et Le chuchoteur de Donato Carrisi.

Bon vendredi lecture à tous!

le site c’est ici : http://www.vendredilecture.com/